CAMPAGNE NATIONALE DE PLAIDOYER DES ENFANTS DU BÉNIN: Lettre de Plaidoyer de Romaric

Lettre de Plaidoyer de ce Jour

A l’endroit des autorités à divers niveaux, notamment les Maires des Communes du Bénin

Objet : Prise en compte des conditions de vie des personnes et enfants handicapés dans les bureaux, bâtiments de service public

Tout d’abord, je remercie les initiateurs de cette campagne de plaidoyer et, cet organe de presse qui me permettent de m’exprimer ce jour sur une situation très déplorable que nous, enfants et personnes handicapés, vivons dans ce pays. Il s’agit de notre pénible accès aux administrations locales et publiques.
Observez bien comment sont construits les bâtiments abritant les services publics et nos collectivités locales : que ce soit les mairies, les services déconcentrés de l’Etat, les directions départementales, les ministères et même la Présidence de la République. Souvent les bureaux offrant des services clés, et ceux de nos autorités (Maires surtout) sont logés au premiers, deuxième ou énième étage. Ceci sans aucun ascenseur fonctionnel. Donc, aucune mesure pour permettre aux personnes handicapées (surtout handicapés moteurs), d’y accéder
Nous ne pouvons pas ainsi avoir des rencontres normales avec nos autorités ou, bénéficier des services publics comme tout citoyen de ce pays.

C’est pour cette raison, et au nom de notre législation qui exige des mesures spéciales de protection en notre faveur, que j’ai pris la responsabilité de m’exprimer en plaidant :

A l’endroit des Maires :
Qu’une journée spéciale nous soit accordée par semaine où les Maires dont les bureaux sont au premier, deuxième ou énième étage déménageront spécialement en bas pour nous servir. Et qu’une attention particulière soit accordée à nos doléances, besoins et services demandés.

A l’endroit du Gouvernement :
En plus de cette attention particulière, je plaide aussi en faveur des écoliers et élèves albinos qui suivent les cours dans les mêmes conditions que nos frères et sœurs normaux ; malgré leur faible capacité visuelle. Ainsi, que des lunettes, des manuels scolaires adaptés leur soient spécialement offerts. Et qu’ils ne soient plus disposés au fin fond des classes, ni discriminés.

Prenez des mesures pour corriger ces choses qui nous tuent silencieusement. Désormais, qu’aucun enfant ne soit laissé pour compte pour le développement de notre cher pays le Bénin.

 

GBAGUIDI Romaric
Élève et artiste chanteur
Porte parole des enfants handicapés à Savalou

BP 90 Savalou Bénin

Lu et autorisé pour large diffusion

conseilenfant@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *