JEA 2018 : Campagne nationale de plaidoyer des enfants

16 mai – 16 juin 2018:

Un mois de plaidoyer, un jour de compte – rendu : le 16 juin 2018

Alors que le thème de la JEA de 2017 était axé sur l’intégration des enfants africains dans l’Agenda de 2030, le thème de 2018 souligne la nécessité de veiller à ce qu’« AUCUN ENFANT NE SOIT LAISSÉ POUR COMPTE» en ciblant spécifiquement ceux qui ne bénéficient pas de la croissance et du développement de l’Afrique. Ainsi, le principe général est le développement inclusif pour les enfants, ce qui signifie que chaque fois que des programmes et des politiques visant à mettre en œuvre l’Agenda 2030 sont élaborés, les enfants doivent être placés au centre des débats, et les États membres doivent veiller à ce qu’ « aucun enfant ne soit laissé pour compte», en vue d’atteindre un développement économique durable. Ceci est particulièrement important dans le contexte africain où les enfants constituent la majorité de la population. Les États membres doivent donc mettre l’accent sur ce groupe lorsqu’ils œuvrent à la réalisation des ODD.

En sélectionnant le thème de la JEA de 2018, le CAEDBE réaffirme une fois de plus l’importance de mettre en évidence les liens entre l’Agenda 2030 et les droits de l’enfant, et souligne que la mise en œuvre de tous les 17 objectifs est essentielle à la réalisation de tous les droits de l’enfant. En conséquence, les États membres sont encouragés à prendre en compte l’interdépendance entre l’Agenda 2030 et la Charte, et à s’engager en particulier à mettre en œuvre et à respecter en priorité le cycle de soumission des rapports dans le cadre de la Charte.

Comme la CADBE et la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant (CDE), l’Agenda 2030 reconnaît l’interdépendance des droits et souligne l’importance des objectifs pour le développement des enfants. Grâce à l’adoption d’une approche du développement durable fondée sur les droits, les droits de l’enfant se présentent comme un pilier autour duquel l’action de l’État en faveur du développement devra s’articuler. Cette approche améliore le suivi et renforce l’obligation des gouvernements de rendre compte de la réalisation des droits de l’enfant conformément aux objectifs de l’Agenda 2030.

Par le biais de la JEA de 2018, le CAEDBE souhaite également réaffirmer l’alignement de l’Agenda mondial de 2030 avec l’Agenda 2063 de l’Union africaine («l’Afrique que nous voulons ») – qui est le programme de développement phare du continent – ainsi que l’alignement entre l’Agenda 2030 et l’Agenda 2040 du CAEDBE

(« Promouvoir une Afrique digne des enfants»).

Adopté en 2015, l’Agenda 2063 est le reflet africain des ODD. Il est le reflet africain des ODD car il présente un cadre commun pour le développement social et économique de l’Afrique. Il se décline en sept aspirations. Parmi lesquelles figurent «une Afrique prospère fondée sur la croissance inclusive et le développement  durable» et « une Afrique de la bonne gouvernance, de la démocratie, du respect des droits de l’Homme, de la justice et l’État de droit ».

LA JEA AU BÉNIN

Les enfants du Bénin ont initié une campagne nationale de plaidoyer qu’ils conduisent eux-mêmes. Ceci dans le but de révéler aux autorités à divers niveaux de notre pays, des problèmes cruciaux, souvent vécus dans des zones inaccessibles, aux fins non seulement d’informer l’opinion publique sur leur existence, mais surtout d’attirer l’attention des autorités cibles, sur la nécessité voir l’urgence de leur résolution.
Il s’agit donc d’une action initiée et portée par les enfants.
Le rôle de l’Association Nationale des Conseils d’Enfants du Bénin (ANACEB), c’est de collecter les lettres de plaidoyer des enfants sur toute l’étendue du territoire Nationale, de mobiliser des partenaires institutionnels au niveau des organes de presse et de faire publier par leurs canaux, une lettre par jour.

Le 16 juin, nous organisons une séance de remise officielle du document « Lettres de Plaidoyer des Enfants du Bénin » Édition 2018 (compilé de 124 lettres les plus pertinentes) aux Partenaires Techniques et Financiers (PTF).

C’est donc une démarche portée par et pour les enfants eux-mêmes.

 

À suivre pour ce 16 mai 2018 : La lettre de Romaric, sélectionnée parmi plus de  300 courriers 

GBAGUIDI Romaric, élève et artiste chanteur, porte – parole des enfants handicapés de Savalou dans le département des Collines

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *